Alain Ducher, l’amour de la coiffure historique

Taille du texte: A A A

Créateur d’un site présentant les plus belles coiffures de nos ancêtres, Alain Ducher est un passionné des coiffures historiques. Découverte de ce personnage et de son métier.

 

Quel est votre parcours ?

Petit, je ne souhaitais pas devenir coiffeur, mais un lundi soir, ma mère, est venu me voir et m’a dit : « Tu seras coiffeur, les cheveux poussent tous les jours, il n’y aura donc jamais de chômage. » Je me suis donc assis sur mon désir de faire du patin à roulettes et du dessin et j’ai été plongé dans le métier. Plus tard, j’ai ouvert mon salon qui tournait plutôt bien puisque j’avais cinq employées. J’ai ensuite été formateur pour les Meilleurs  Ouvriers de France et j’ai coaché Auriane Vial pour les Olympiades des Métiers en 2001 et elle a gagné. Après une vie remuante, j’ai aujourd’hui 71 ans et je me consacre à ma passion pour la coiffure historique.

 

 

Comment se déroulent les expositions ?

Il y a déjà eu dix expositions, dont une en Allemagne qui a été très appréciée. La prochaine sera sur l’Égypte. Afin de plonger les visiteurs dans le passé et la réalité des époques, j’ai fait appel à une modiste pour réaliser des chapeaux en fonction des époques ainsi que l’habillage des bustes. Ces bustes sont tournants ce qui permet aux visiteurs de voir l’ensemble de la coiffure. De plus, les visites sont commentées par la modiste et par moi-même.

 

expo

 

Enseignez-vous les différentes techniques utilisées par nos ancêtres ?

Dans un désir de vulgarisation, j’ai réalisé un manuel pour expliquer comment faire 80 coiffures du passé. Les coiffures historiques ne sont plus enseignées depuis 1932. Je trouve ça dommage pour les jeunes de ne pas connaître les coiffures du passé et de ne pas savoir les faire, car on apprend beaucoup de choses en les réalisant. Les bases des coupes historiques sont utiles lors de la réalisation de coiffures de plateau, de spectacle, etc.

 

 

Comment se déroulent les recherches ? 

Par exemple pour l’époque du roi Louis XIV, il y a d’abord eu un travail de recherche dans les médiathèques. Ensuite, il y a eu une longue période durant laquelle j’ai lu et analysé les différents documents. Mais il n’y a pas que les livres… Les musées, les tableaux, les sculptures, les médailles, Internet sont aussi des sources d’informations. Je suis tellement passionné par ce que je fais qu’il m’est parfois arrivé de me réveiller en plein milieu de la nuit avec une idée, de la noter puis de me rendormir. C’est un métier à plein temps !

 

 

coiffure-époque

 

Qu’est-ce qui vous passionne dans les coiffures d’époque ?

La mode de la coiffure était dictée par les maîtresses royales, donc à chaque changement de roi la mode évoluée. Ainsi, il est intéressant de traverser les époques rien qu’en observant les coupes de cheveux.  De plus, nos ancêtres avaient peu de moyens matériels, mais ils faisaient des coiffures incroyables. Par exemple, en Grèce on retrouve l’ancêtre du fer à friser. Les cheveux s’entouraient sur un tuyau dans lequel on enfonçait une tige chauffée. Après un temps de pose, on retirait la tige, on enlevait le tuyau… la mèche était bouclée !

 

 

Catégories: Actualités
Partages
Partager avec nous votre avis ! 0