Ne touche pas à mes cheveux : le mouvement afro

Taille du texte: A A A

« Ne touche pas à mes cheveux » : don’t touch my hair. Comme le chante Solange, ne touche pas mes cheveux, ma fierté, mon âme. Explications sur ce mouvement qui protège l’esthétique des cheveux africains, loin des diktats de la mode et du cheveu lisse.

 

Solange Knowles, chanteuse afro dont les cheveux ont été… effacés.

 

Un coup de Photoshop et Solange s’est vue retirée une tresse de la tête par le magazine « Evening Standard ». Elle commente avec la photo originale « DMTH », ou ne touche pas mes cheveux.

 

L’avant après…

dtmh @eveningstandardmagazine

A post shared by Solange (@saintrecords) on

 

Par la suite, elle a souhaité être retirée de toute mention faite par ce magazine car elle sentait rabaissée, l’essence de son travail étant tordue et l’affectant profondément. Par solidarité, la journaliste à l’origine de l’interview a souhaité que son article soit rendu anonyme.

Un comble de la part du magazine, quand le titre de l’article était « Solange Knowles : J’ai manqué des opportunités car je voulais avoir le contrôle de mon apparence ». Dans l’article, elle explique son attachement à sa culture et ses tresses qui allient tradition et art.

De même pour Grazia qui efface les cheveux bouclés de Lupita Nyong’o de sa une, dont les cheveux ont été effacés pour correspondre au standard de beauté du magazine.

As I have made clear so often in the past with every fiber of my being, I embrace my natural heritage and despite having grown up thinking light skin and straight, silky hair were the standards of beauty, I now know that my dark skin and kinky, coily hair are beautiful too. Being featured on the cover of a magazine fulfills me as it is an opportunity to show other dark, kinky-haired people, and particularly our children, that they are beautiful just the way they are. I am disappointed that @graziauk invited me to be on their cover and then edited out and smoothed my hair to fit their notion of what beautiful hair looks like. Had I been consulted, I would have explained that I cannot support or condone the omission of what is my native heritage with the intention that they appreciate that there is still a very long way to go to combat the unconscious prejudice against black women's complexion, hair style and texture. #dtmh

A post shared by Lupita Nyong'o (@lupitanyongo) on

Un vrai bad buzz pour ces magazines qui soulève un sujet sérieux : pourquoi les cheveux afro sont si mal traités par les médias ?

 

Une différence culturelle qui envahit la vie des personnes aux cheveux africains

 

A vrai dire, cette ambiguïté est compliquée à expliquer sans se poser la question : pourquoi le cheveu lisse est il roi, partout, au détriment des autres natures de cheveux naturels ?

L’on expliquera cela par un rabattage médiatique et une société qui fait pression, qui force des milliers de personnes à se lisser les cheveux, de peur d’être catégorisées ou jugées.

Beaucoup de chevelures crépues sont victimes d’agressions quotidiennes, comme si la pollution ne suffisait pas, comme des agressions verbales ou un viol de l’espace personnel : des phrases qui peuvent paraître anodines sont, à la longue, stressantes et lourdes pour beaucoup.

C’est avec humour, mais surtout avec la volonté de prévenir, que le jeu hairnah.com a vu le jour, ou vous devez aider le personnage principal à se débarrasser des personnes qui veulent lui toucher les cheveux. La bande-son est un cocktail de remarques telles que « je peux toucher ? », « c’est attaché à ta tête » ou « wow, c’est tellement moelleux ».

C’est très énervant, ces cheveux appartiennent à une personne qui n’a pas envie de se faire caresser comme un animal !

Magazines, lecteurs, coiffeurs (non formés), vous êtes prévenus : pas touche aux cheveux crépus ! Laissez faire les professionnels…

Énervant… non ?

 

Catégories: Actualités
Partages
Partager avec nous votre avis ! 0