Des actes concrets pour revaloriser le marché

Bruno Lelièvre
Bruno Lelièvre
Taille du texte: A A A

Bruno Lelièvre a pris la tête de Davines France il y a maintenant huit ans et est aujourd’hui un dirigeant heureux. Heureux du devenir de sa marque, heureux de ses équipes et heureux car il évolue sur un marché qu’il affectionne tout particulièrement : la coiffure. Naviguant entre Barcelone où il habite et Paris où il travaille, Bruno Lelièvre est de toutes les manifestations publiques ou professionnelles qui valorisent d’une façon ou d’une autre la coiffure.

 

 

 

Toujours plus proche des coiffeurs

Pour Bruno Lelièvre, les coiffeurs sont des artisans et non des exécutants et une marque de produits se doit de les accompagner dans leur quotidien, dans le respect de leur travail et de leur philosophie. Cela implique que la marque soit réservée aux coiffeurs et au circuit professionnel, même si Bruno concède que Davines est distribué au Bon Marché, au Drugstore Publicis et très prochainement sur un corner au Printemps Haussmann qui réunira toutes les marques coiffure dans un espace dédié. Pour lui, la présence de ses produits sur ces points de vente spécifiques est nécessaire pour sensibiliser la consommatrice à la marque, tout comme l’est la participation de Davines à des événements tels que le Festival de Cannes, Le Festival des Champs-Elysées ou la Cérémonie des Molières grâce à Germain Barrès.

 

Une marque tournée vers l’avenir

Bruno Lelièvre aime profondément la marque et c’est serein qu’il envisage l’avenir de cette dernière : « Quand je suis arrivé chez Davines, après seize ans chez Eugène Perma sur la grande distribution, j’ai tout de suite cru en cette marque. Pour moi, c’est une marque qui s’inscrit dans l’avenir. C’est la marque du futur dans l’univers de la coiffure. » Reconnue pour son approche durable dans le créneau de la beauté professionnelle, Davines n’est pas une marque de produits parmi d’autres, c’est une véritable philosophie de vie insufflée par Davide Bollati, le fondateur de Davines et visionnaire de la beauté durable. Il investit dans sa marque, mais aussi dans la promotion du bien-être au travail et au quotidien. Dans le cadre de son projet I Sustain Beauty, il récompense tous les ans des individus venant de différents univers et apportant des solutions concrètes afin de créer un monde meilleur où qu’ils soient.

 

Revaloriser le métier 

Pour représenter la marque, Bruno le confirme, il faut aimer les produits Davines, aimer les parfums et les textures, mais il faut aussi adhérer à la démarche éco-responsable globale de la marque pour savoir défendre les produits. Et si les coiffeurs Davines affichent 12 à 13 % de revente sur des produits plus chers que la moyenne, c’est qu’ils ont épousé un concept et défendent leur style de vie au quotidien avec leurs clientes. Au-delà des produits, la marque offre un vrai contexte au salon.

Le marché de la coiffure est pour Bruno un marché stable qui ne demande qu’à grossir, encore faut-il savoir faire rêver la cliente. Pour cela, il faut remettre en avant la notion de service et ne pas avoir peur des prix, car les clientes sont prêtes à payer pour un moment de bien-être unique. Le problème n’est pas la notion de prix, c’est juste qu’il y a plus de choses à acheter qu’il y a quelques années et que l’ère du low-cost est révolue. Les femmes sont prêtes à acheter mieux et plus cher pour du service, du bien-être tout en adhérant à une philosophie de vie.

 

Les chiffres

2 500 salons en France

25 salariés en France

10 formateurs freelance

8 millions de CA

Partages
Partager avec nous votre avis ! 0