Coiffer dans l’illégalité

Taille du texte: A A A

Un coiffeur a exercé près d’un an dans l’illégalité jusqu’à  ce que sa situation soit découverte, son salon de coiffure avait beaucoup de succès.

Promo Coiffure à Trèbes offrait des prix cassés, des coupes entre 7 et 10 euros avec une amplitude horaire défiant toute concurrence! Voilà peut-être finalement son problème. Son propriétaire, Adil Ajbilou fait des envieux et ne tarde pas à se faire contrôler.

Bien qu’il soit à la tête de ce salon, Adil Ajbilou n’est pas titulaire du brevet professionnel l’autorisant à exploiter un salon de coiffure. Il s’est procuré un « diplôme » sur internet. Pour couronner le tout, il recrute des coiffeurs sans papiers… la sanction tombe : quatre mois de prison avec sursis, et un peu plus de 3000 euros d’amende.

Ce fait divers soulève beaucoup de question quant à la législation, au respect de ces lois et aux contrôles. Comment se fait-il que certains coiffeurs arrivent à exercer sans être diplômés.

La condamnation d’Adil Ajbilou est-elle assez sévère pour dissuader les coiffeurs d’exercer dans l’illégalité ?

Catégories: Actualités
Partage
Partager avec nous votre avis ! 0