Clément Vignaud : Les coiffeurs doivent être revalorisés !

Taille du texte: A A A

Directeur général du Laboratoire Ducastel, marque spécialiste de la coloration appartenant à Alès Groupe, Clément Vignaud prône un retour au coeur du métier de coiffeur et la spécialisation des professionnels. Il positionne sa marque comme un acteur de changement et d’innovation.

 

Clément Vignaud le reconnaît : la coiffure française n’est pas au mieux de sa forme. Néanmoins, malgré un constat économique plutôt morose et des chiffres de fréquentation en baisse, il rappelle la bonne visibilité de la coiffure dans l’Hexagone et la présence d’un salon pour 1 000 habitants. Il souligne aussi les efforts de certains coiffeurs en termes d’innovation et de diversifications, par exemple avec l’apparition de différents bars à services présents dans les salons pour les ongles, les franges ou autres. Car le renouveau du secteur ainsi que son regain de dynamisme, selon lui, se jouent plutôt de ce côté-là : dans une spécialisation plus prononcée des professionnels de la coiffure. « Il faut retourner au coeur du métier », affirme-t-il.

 

Expertise

Pour redonner au secteur ses lettres de noblesse, il a décidé de positionner sa marque comme un acteur de changement. « La coiffure, les salons et les coiffeurs doivent être revalorisés, considère-t-il. Il faut une montée en puissance, et c’est ce que nous voulons faire à l’occasion de nos vingt ans. Nous offrons aux coiffeurs une proposition de protocoles experts autour de la coloration et du soin du cheveu, assortis de formations pour les accompagner. » À titre d’exemple, le Laboratoire Ducastel a mis au point une expertise diagnostic avec des outils spécifiques pour que les coiffeurs puissent aller plus loin dans leur professionnalisme. « Ils sont en priorité dans nos réflexions, explique Clément Vignaud. Viennent ensuite la valorisation des salons, la pédagogie et la formation. Le travail sur le produit vient seulement après ces autres problématiques. »

 

« Les coiffeurs ont à gagner à s’inspirer de ce qui se pratique dans les pays anglo-saxons. »

 

Fidélisation

Quant à son offre, le directeur général du Laboratoire Ducastel l’oriente vers l’innovation pour justement mieux répondre aux besoins des coloristes. Exemple avec la crème Subtil. « Elle n’a jamais cessé d’évoluer.
Aujourd’hui, elle compte 35 nuances. Nous travaillons pour obtenir plus de douceur lors de l’application, en faisant toujours plus attention à la tolérance contre les allergies. Le laboratoire utilise par exemple de l’huile d’épaline pour obtenir plus de brillance, ou encore de l’huile d’argan pour des produits ton sur ton. » Clément Vignaud souligne enfin l’importance de travailler sur la fidélisation du client. « Sur ce point, les coiffeurs ont à gagner à s’inspirer de ce qui se pratique dans les pays anglo-saxons. Il faut réhumaniser le secteur. » Pour travailler dans ce sens-là, le Laboratoire propose aux coiffeurs un portail Web et des outils de marketing. « Les professionnels auront la possibilité via ce site d’accéder à leur clientèle locale et donc de mieux la prendre en charge. Cela va dans l’orientation que nous nous donnons : proposer une offre toujours plus globale de services. »

 

Par Noélie Lunerre

Catégories: Actualités
Partage
Partager avec nous votre avis ! 0