Aides et exonérations sociales pour l’embauche d’alternants

Taille du texte: A A A

Avoir un alternant en salon de coiffure c’est donner une chance à la jeunesse, mais aussi faire de belles économies !

 

Contrat d’apprentissage

Le contrat d’apprentissage est conclu entre un employeur et un salarié. Son objectif est de permettre à un jeune de suivre une formation dans le but d’acquérir un diplôme d’État (CAP, BAC, BTS, Licence, Master,…). Les salons de coiffure employant des apprentis peuvent bénéficier d’un certain nombre d’aides financières.

  • Une exonération de cotisations sociales. Celle-ci peut être totale (moins de 11 salariés) ou partielle (11 salariés ou plus)
  • Un salon de coiffure de moins de 11 salariés qui recrute un apprenti mineur peut bénéficier d’une aide forfaitaire de 1100 € versée chaque trimestre, soit 4400 € pendant la première année du contrat.
  • Les établissements de moins de 11 salariés peuvent percevoir une prime d’au moins 1000 € par année de formation. Celle-ci est versée par la région dans laquelle est situé le salon de coiffure.

 

Contrat de professionnalisation

Le contrat de professionnalisation est un contrat de travail de type particulier qui peut prendre la forme d’un CDD ou d’un CDI. Sa durée est de 6 mois à 24 mois et il est destiné aux jeunes de 16 à 25 ans et aux adultes de 26 ans et plus demandeurs d’emploi. Pour un salon de coiffure, l’embauche en contrat de professionnalisation donne beaucoup d’avantages :

  • Les salariés en contrat de professionnalisation sont exclus des seuils fiscaux et sociaux.
  • L’employeur est dispensé de l’indemnité de fin de contrat dans le cas d’un contrat de professionnalisation en CDD.
  • Les salons de coiffure bénéficient de l’allégement de cotisations patronales sur les bas et moyens salaires (réduction « Fillon »).
  • Exonération totale des cotisations patronales si le salarié en contrat professionnel est âgé de 45 ans et plus.
  • Les dépenses de formation sont récupérables auprès de l’OPCA (Organisme Paritaire Collecteur Agréé), ainsi que celles liées au tutorat.

 

Au-delà de ces avantages financiers, le contrat de professionnalisation est surtout l’occasion pour un salon de coiffure de bénéficier d’un profil motivé, compétent et susceptible d’être embauché à l’issue de sa formation.

 

Catégories: Actualités, S'informer
Partages
Partager avec nous votre avis ! 0